25/12/2011

BONNE ANNEE 2013 - Happy New Year 2013 ...

 2016,Bonne année, Happy New Year,wandelstock,canne,collection,cane,baton,bruxelles,grand sablon,sablon,curiosite,les cannes,pommeau ivoire,malacca,cannes prestigieuses

 

cannes,cannes anciennes,cannes naturelles,art populaire,bois sculpté,grotesque,caricatures,monoxyles,tradition,folklore,symbole,2015,bonne année

 

cannes,cannes anciennes,cannes naturelles,art populaire,bois sculpté,grotesque,caricatures,monoxyles,tradition,folklore,symbole,2012,bonne année

 

 

 

cannes,cannes anciennes,cannes naturelles,art populaire,bois sculpté,grotesque,caricatures,monoxyles,tradition,folklore,symbole,2012,bonne année

 

 

cannes,cannes naturelles,art populaire,bois sculpté,Bonne Année,2011,grotesque,canne sculptée,monoxyle,

Cannes monoxyles du XVIIIè & XIXème siècle.

 

 

 

 

 

 

CANNES-Bonne Année 2011-BLOG.jpg

 Cannes XIXème siècle - Pommeaux en ivoire

 

 

 

CANNES-Bonne Année 2010 - BLOG 4.jpg

Cannes de marins XVIIIè & XIXè siècles Travaux de pont - Os & ivoires marins : morse, baleine et cachalot

--

-

-

Cannes Naturelles 2009 127Ko

Cannes naturelles

-

-

Cannes argent GROUPE 2008

Cannes en argent

-

-

copyright agreement

05/08/2008

LES CANNES D'ART POPULAIRE

*

 

 

AP 138 c @

 

L'Art Populaire

 

André Breton, grand amoureux des arts premiers, collectionnait aussi l’art populaire qui, grâce à lui et à quelques esprits éclairés, est aujourd’hui de plus en plus recherché, commenté, exposé. Définir cet art n’est pas simple, et de nombreuses pièces estampillées « art populaire » ne le méritent pas. Ainsi, par exemple, des objets dits « forêt noire » ou des santons provençaux. Produits en nombre dans un but mercantile, ils ont cessé d’être des œuvres d’art pour devenir des productions artisanales, des bibelots touristiques. Un glissement que l’on rencontre également dans les arts premiers, où telle statuaire traditionnelle s’est muée au fil du temps en monnaie d’échange, perdant sa vocation première et aussi, malheureusement, l’essentiel de ses qualités esthétiques.

 

La qualité d’exécution des œuvres d’art populaire, leur finition, peut varier sensiblement. Dans certains cas, le travail est fruste, maladroit. L’inexpérience des auteurs ne les empêchera pas, cependant, d’atteindre régulièrement à la beauté, à la poésie. Dans d’autres cas, l’exécution témoigne d’un réel savoir-faire, voire d’une impressionnante maîtrise, le bagage technique d’un artiste ayant souvent pour origine le métier qu’il exerce ou a exercé à un moment de sa vie. Il n’est pas aberrant de croire que certaines parmi les plus belles cannes d’art populaire furent sculptées par des menuisiers ou des ébénistes, même si ce n’est certainement pas la règle.

 

L’une des caractéristiques essentielles de l’art populaire, partagée avec les arts premiers, est son ignorance des modes de représentation naturalistes. Méconnaissance de la perspective, rabattements dans le plan, mépris des proportions… On note aussi de nombreux exemples de « perspective morale », comme sur cette canne de berger ou un loup est représenté plus grand qu’un cheval, disproportion témoignant du sentiment éprouvé par l’auteur. Dans un célèbre relief égyptien, Ramsès II est un géant à côté de ses soldats. Le principe est le même : la taille du personnage est fonction de l’importance qu’on lui donne. Il est bon de rappeler ici que l’acquisition de la perspective linéaire, à la Renaissance, et des autres moyens visant à une représentation objective de la nature, est une conquête d’ordre scientifique. La valeur profonde d’un artiste n’a bien sûr rien à voir avec le fait qu’il maîtrise ou non ces moyens.

 

Il arrive que l’artiste populaire, s’inscrivant dans une tradition bien établie, doive respecter les canons esthétiques hérités des générations précédentes. C’est le cas des auteurs de marionnettes, de ceux qui façonnent les géants de carnaval... Mais il y a aussi de très nombreuses œuvres qui témoignent d’une création personnelle, indépendante de toute forme de contrainte.

 

La canne, objet individuel par excellence, est un domaine où la liberté d’expression, la fantaisie, ont pu s’exercer à plein. Les marins, les légionnaires, les bergers, les « poilus » de la Grande Guerre les ont sculptées dans les périodes d’oisiveté inhérentes à leur vie.Pendant des jours, des mois, parfois des années, un bâton va être sculpté minutieusement ; devenu un compagnon au quotidien, il est comme un carnet dans lequel l’auteur imprime ses états d’âme, sa solitude, ses angoisses et ses peurs, sa superstition et sa religion en un rébus souvent désordonné. En découvrant ces beaux objets, simples ou complexes, on imagine rarement la richesse des préludes à leur réalisation. Le choix d’un bois, d’une essence particulière, sa forme, son épaisseur prendront toute leur importance en fonction du projet. L’extraire du sol, parfois en gardant une partie des racines destinées au pommeau, le faire sécher lentement, l’écorcer soigneusement, tout ou partie.

Certains chefs-d’œuvre de l’art populaire,ont été façonnés ainsi, avec un simple couteau, dans un pâturage désolé ou le fond d’une tranchée.

 

 

 

 

AP 082 b noir AP 102 b noir AP 085 a noir

 

AP 060 c AP 043 b AP 057 a

AP 103 d noir AP 133 a noir AP 173 a fond noir

AP 159 b noir AP 156 noir AP 149 noir

AP 109 a noir AP 084 c noir AP 023

 

 

AP 001 sémite fond gris noir 54 Ko

 

acrobate gris foncé 4  faces 85 Ko

 

AP 097 b AP 090 b AP 094 b

AP 019 AP 114 b AP 158

 

 

AP 088 c

AP 088 d

 

 

AP 022

 

 

AP 197 a AP 148 a noir AP 060 c

 

 

AP 174 a AP 132 AP 128 a

 

 

 

AP 124 AP 129 AP 153 c

 

AP 143 a AP 017 a AP 142

 

*

COPYRIGHT

03:00 Écrit par Daniel Traube dans Art Populaire | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : canne, canne de collection, art populaire, art brut, art naïf, symbole, bois sculpté, traditions, travail de tranchée | |  Facebook | | Pin it! | | |